• Fox

La Sente des Rivières

Mis à jour : oct. 11



Habiter en centre ville ne signifie pas forcément être déconnecté de la nature. Lorsque nous étions encore en milieu urbain, on avait à cœur de trouver ces petits trésors pittoresques que le Havre et ses alentours pouvaient nous offrir ; la Sente des Rivières en fait partie. Située à la sortie de Montivilliers et prenant sa source à Le Bec (dont le nom étymologiquement scandinave signifie ruisseau), il vous suffira de longer la paisible Lézarde qui illumine ces lieux d'une douceur et d'un charme propre par son eau claire, chantante et scintillante qui sert d'aire de jeux pour les canes et leurs canetons, avant de finir sa balade (et ballade) dans l'estuaire de la Seine à Harfleur par le canal de Tancarville.


Au Moyen-Âge, son lit était d'autant plus large et permettait aux nombreux moulins à blé et à tan de proliférer sur les berges tout en saluant les bateaux marchands qui faisaient de la ville le véritable poumon économique du Pays de Caux, avant la création du Havre par François Ier. Si des vestiges de passages de tribus datant du Paléolithique et du Néolithique ont été découverts en 1970, Montivilliers doit également sa réputation à son passé abbatial, lié au duc Robert Ier dit le Magnifique - père de Guillaume le Conquérant - qui lui a d'ailleurs donné son nom : du latin villier qui signifie village et monstier qui veut dire église, monastère. Pour l'anecdote, les habitants reçurent le curieux surnom de Mâqueux d'oreilles : la légende raconte qu'un jour, un Montivillon belliqueux arracha avec ses dents l'oreille d'un Harfleurais, car mâqueux est le terme normand pour mangeur.


Une légende, vous en trouverez une autre en poussant la promenade (en suivant par exemple ce circuit) jusqu'à la Pierre Grise.



Aussi mystérieuse que sa cousine la Pierre Tournante, son apparence actuelle ne paie pas de mine et pourtant, elle fut l'un des deux pieds supportant une table de granit, autrement dit : un dolmen. Édifice druidique, un conte évoque un chevalier désireux de se faire aimer d'une femme déjà mariée, qui en appela à un gobelin malicieux afin d'obtenir une pièce de monnaie magique permettant de s'approcher, la nuit venue, de la dame. Le gobelin obtint gain de cause lorsque le chevalier, trop satisfait de la réussite de son souhait, voulut entrer pour la seconde fois dans le caveau sous le dolmen afin de récupérer la pièce magique ; d'un petit coup de main sur le granit, le malin fit s'effondrer la pierre sur l'homme qui y laissa la vie. Vous n'y croyez pas? Il se trouve que cette pièce ensorcelée (renommée depuis Pièce du Diable) se trouve exposée au petit musée de la bibliothèque de Montivilliers.


A présent, il ne vous reste plus qu'à rejoindre les autres promeneurs rêveurs près du cours de la Lézarde qui, visiblement, demeure sous la protection et l'amour des Naïades.



Petit retour sur de veilles photos de quand Loki avait même pas 6 mois, à la Sente en hiver :



Bibliographie : Les sobriquets gastronomiques en Normandie par Georges Dubosc

Rejoignez les Vadrouilleurs

Ne ratez aucune parution de nouveaux billets en vous abonnant :

© 2020 par Tales of Loki

  • Instagram
  • Black Icon Flickr
  • Noir Icône YouTube